43 – Rédemption

43 – Redemption

— Tu aurais dû me faire confiance. Je dois te punir.

Les mots tombent, sévères et froids. Tout comme la baguette s’abat sur mes reins par trois fois.

Je me tortille pour lui échapper, mais les entraves restreignent ma liberté de mouvement. Aucune esquive possible à moins de vouloir m’infliger des douleurs insupportables que je redoute.

 — Ne jamais douter de ton Maître.

Il détache les syllabes de sa mise en garde. Elles tombent sur mes fesses avec la régularité mordante de la badine.

À chaque nouvelle attaque, mes muscles se contractent, provoquent des effets inconnus que je découvre avec stupeur.

Au bout de quelques coups, au lieu de les craindre, je me prends à les espérer pour me libérer de cette frayeur ancrée en moi.

Il s’arrête, repositionne le casque sur mes oreilles me privant de la possibilité d’anticiper ses frappes signalées par le sifflement.

Ma concentration augmente au centuple. Ma peau échauffée par les effleurements ou les assauts mordants réagit et se charge d’une attention inouïe.

Il m’ouvre à la connaissance de mon propre corps, à des perceptions jusqu’à ce jour inexplorées. Il dessine les esquisses de mes anciennes blessures, m’apprends à supporter les balafres indélébiles. Il les tutoie, les charme, les harcèle pour que je ne sois plus qu’elles.

Toutes les douleurs de l’accident et de la rééducation remontent à la surface.

Au lieu de les craindre, je prends conscience de la force de vie qu’elles m’ont apportée, que la mortalité de mes espoirs n’est pas irrévocable.

Ce qui depuis des mois me paralyse et entretient mon malaise est détruit par le jeu de la punition qu’il m’inflige.

La douceur s’allie à la férocité.

Le passé se mélange étroitement au présent.

La douleur s’entremêle d’un plaisir insolite.

Je me perds dans l’océan des souvenirs.

Les images défilent, incohérentes, en désordre, encombrées de visages inconnus, de scènes sans queue ni tête, de bruits assourdissants et de mots sans suite.

Julien s’invite en moi, redevient mon guide, mon amour, mon désespoir.

Je crie à n’en plus finir.

Je hurle ma détresse.

Pourtant, aucun son ne franchit mes lèvres entrouvertes.

Je retiens cette part de moi, intime, cachée, torturante.

L’espace d’une seconde, j’imagine que tout ceci n’est qu’un songe. Je vais me réveiller de ce cauchemar, contempler le visage endormi de mon amant, le caresser, m’en repaître jusqu’à la fin de temps.

Oublier le sang. Oublier le sang.

Pardon.

Le mot franchit mes lèvres tremblantes sans que je sache pourquoi.

Les étoiles scintillent sous mes paupières serrées. Je perds pied, abandonne la lutte et me noie dans le néant du chagrin de l’avoir perdu.

Les vannes s’ouvrent, déversent ma révolte.

Je me débats comme une forcenée, m’inflige avec rage la souffrance à m’en arracher le cœur.

Les mains sur ma nuque m’immobilisent, me contraignent à revenir de cette bulle temporelle où j’aimerais disparaître à jamais.

Pour toujours.

— La mort est plus douce que la vie. Il faut savoir vivre avec les fantômes. Ou périr, murmure la voix désincarnée et irréelle.

A suivre…

Texte court

8avril

 

De jolis textes ce soir, empreint d’une certaine mélancolie. A lire 🙂

https://popinsetcris.wordpress.com/2018/04/08/08-04-une-contrainte-libre/comment-page-1/#comment-248

Publicités

9 commentaires sur “43 – Rédemption

Ajouter un commentaire

  1. Magnifique ce texte. Bon je suis à l’amende, il faut que je lise les précédents textes mais les journées passent tellement vite… Continue, tu es juste parfaite, ton écriture me permet de toujours m’échapper de la dur réalité du quotidien, le temps d’un d’instant…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :